• J'avais évoqué début juillet le projet de « Radio logiciel libre » (un outil de promotion du logiciel libre). Le projet a maintenant un site internet qui nous indique que la radio diffusera d'abord sur la région Toulousaine avant de passer à une diffusion nationale. Le site s'ouvre avec un édito de Bernard Carayon, député UMP du Tarn, qui décidément aime bien le logiciel libre.
  • Un article, en anglais, de Richard Stallman sur ZDNet UK « Comment cette compagnie considère le logiciel libre ? ». L'article explique qu'il est impossible la plupart du temps d'avoir un avis global sur la façon dont telle ou telle compagnie traite le logiciel libre (à part bien sûr des sociétés comme Microsoft). Il prend l'exemple de Sun où il y a du positif et du négatif. Il évoque ainsi Star Office, OpenOffice.org, Solaris, le piège Java.
  • Toujours sur ZDNet UK un article sur la demande de Microsoft d'un brevet sur les smiley. Ce serait drole si ce n'était pas si sérieux et potentiellement dangereux. Mark Taylor, directeur du Consortium Open Source, déclare ainsi « Les émoticones sont une forme de langage, et le précédent consistant à autoriser un brevet sur la construction de la langue est en effet très dangereux.» Jonas Maebe, un porte-parole de la "Foundation for a Free Information Infrastructure" (FFII) a déclaré qu'un tel brevet pourrait être utilisé par Microsoft pour empêcher le développement d'applications concurrentes de MSN Messenger. Comme d'habitude, l'utilisation de brevets pour interdire toute concurrence. Cette demande de brevet a été déposée en janvier 2004, mais l'office américain des brevets (USPTO) l'a seulement rendue publique la semaine dernière. Ce dernier ne s'est toujours pas prononcé sur sa recevabilité.
  • Un journal sur Linuxfr évoque le problème de lecture de CD possedant des « extensions » Opendisc, empêchant sa lecture correcte sur un système logiciel libre. J'avais eu le même souci (je ne me souviens plus de la fameuse extension en cause) avec un CD de Ben Harper que l'on m'avait offert pour un anniversaire. Impossible de l'écouter sur mon portable. Dans ce cas là il ne faut pas hésiter à écrire à la maison de disque et à l'artiste pour qu'ils suppriment ces systèmes. Voir de boycotter les maisons de disques et les artistes qui utilisent ces systèmes.