En parcourant le rapport sur la gouvernance (7 pages), j'ai noté quelques paragraphes intéressants dont ceux-ci :

« Coregulation is not an easy path. It calls for a cultural change for all the stakeholders : - the Governments, because a lot of them still consider internet as theirs ; without challenging their specific role, they have to accept open dialogue with the other stakeholders, sometimes on an equal basis ;

- the private sector has to understand that coregulation does not mean only regulated self-regulation, in other words, "regulation of their corporate interests" ; they have to commit themselves to real discussions with all the actors involved, including the users ;

- the civil society is very heterogeneous ; this diversity is an asset as long as the actors work in a constructive way. »

L'EICN constate que certains gouvernements n'ont pas compris qu'un dialogue ouvert signifie un dialogue avec toutes les parties constructives.

L'EICN constate également que certains acteurs privés ne perçoivent pas la différence entre co-régulation et auto-régulation, et pensent eux aussi pouvoir ignorer certaines parties, et notamment les utilisateurs du réseau (la belle blague :)).

Le Réseau européen de co-régulation appelle donc à un changement culturel pour que soient prises en compte la réalité de la technique et la diversité des points de vue.

Espérons que le gouvernement français entendra cet appel et fera dès lors en sorte que son récent Observatoire des usages numériques culturels soit réellement représentatif.