Jean-Noël Jeanneney, le président de la Bibliothèque nationale de France, se réjouit de cette annonce. Jeanneney indique l'une des failles selon lui de Google Print « Si vous tapez Victor Hugo, vous avez à peine un ouvrage en français. Man Who Laughs, c'est bien, mais c'est mieux dans la langue d'origine.»

Au delà de l'intérêt et des questions soulevés par le projet de Google, je me suis demandé quel était la situation d'autres projet de ce type.

J'ai donc été faire un tour sur Gallica et j'ai cherché « Victor Hugo ». On obtient évidemment plus de réponses qu'avec Google Print. Cependant les livres sont scannés dans un format image. Il est donc impossible par exemple de faire de la recherche pur texte ou de manipuler aisément le contenu (par exemple pour faire des citations). La collection de Gallica est impressionnante mais mériterait de revoir le format des documents.

Ensuite, direction le projet Gutenberg. Recherche sur « Victor Hugo ». On obtient quelques livres en français dans un format parfaitement lisible par n'importe quel ordinateur. On peut faire de la recherche pur texte, faire du copier-coller pour des citations.

Rappelons que la philosophie du projet Gutenberg, lancé en 1971 par Michaël S. Hart, « de rendre accessibles au plus grand nombre la littérature et les oeuvres culturelles, sous des formes électroniques utilisables par la quasi-totalité des ordinateurs, afin que l'on puisse facilement les lire, les utiliser, les citer et les diffuser ». Le projet numérise les livres appartenant au domaine public pour édifier la bibliothèque gratuite et universelle. Le site du projet Gutenberg assure aujourd'hui la diffusion de près de 16 000 livres sous format électronique, avec près de 500 nouveaux livres par mois. Ce gigantesque travail est réalisé par plus d'un millier de bénévoles du monde entier, qui numérisent, transcrivent et relisent les ouvrages, en se partageant efficacement le travail (http://www.pgdp.net/c/default.php ). Cet effort collectif est à la mesure de l'enjeu de la diffusion de la connaissance et de l'accès au savoir pour tous.

On lira avec intérêt l'audition de Michaël Hart par la fondation Temps Nouveaux.

Le projet Gutenberg démontre ce qu'il est possible de faire par le travail de bénévoles intéressés par la diffusion de la connaissance.