Le site des RMLL indique que

« Cette manifestation est le rendez-vous mondial des développeurs et des acteurs importants du Logiciel Libre. Plus de cinquante nationalités y sont représentées chaque année. De par les méthodes de travail spécifiques aux logiciels libres, c'est pour les participants une occasion unique pour se rencontrer, présenter leurs travaux, partager leurs connaissances et échanger avec les utilisateurs en dehors de tout cadre commercial. »

En 2001, Richard Stallman, président de la Fondation pour le Logiciel Libre, a suggéré à Bradley Kuhn (alors vice-président de la FSF) d'être présent aux 2èmes RMLL en lui disant :

« Six months ago, Richard Stallman told me that it was essential for me to attend LSM, because it is the best (and more-or-less only) conference friendly to the Free Software Movement. For a long time, the FSF has wanted to organize a conference like LSM, but we have been unable to do it due to lack of resources. It's great that Pierre has made it happen, and it would be a shame to see it end. »

Les RMLL sont un rendez-vous incontournable pour le logiciel libre. Le programme est riche et les discussions informelles sont tout aussi importantes. Cette année il y a d'ailleurs une initiative sympa co-organisée avec la mairie : « Soirée Geek chez l'habitant ».

J'anime le thème «environnement légal, économique, social et politique du logiciel libre» qui se déroulera jeudi 6 juillet 2006. Le programme du thème est en ligne.

Bien entendu, DADVSI et les DRM feront partie des sujets abordés mais pas seulement. On parlera également de bibilothèques numériques, de vente forcée, de la place du logiciel libre dans les pratiques collaboratives des groupes communautaires et associatifs québécois et de la place des femmes dans le logiciel libre (suite à une enquête de l'union européenne).

Concernant spécifiquement DADVSI j'attire votre attention sur une conférence, une discussion ouverte et la table ronde politique.

Conférence de Christophe Espern (EUCD.INFO) jeudi 6 juillet à 10 h 45 « Défense des acteurs du logiciel libre : étude de cas sur le projet de loi DADVSI » :

Comment les acteurs du logiciel libre peuvent se défendre efficacement contre l'impact négatif de l'environnement politique ou législatif ? Quelles sont les difficultés rencontrées ? Cette conférence présentera une étude de cas sur le projet de loi relatif au « Droit d'Auteur et aux Droits Voisins dans la Société de l?Information » (DADVSI) et notamment basé sur les différentes actions menées pour lutter contre ce projet de loi.

Une discussion ouverte jeudi 6 juillet à 11h35 sur le thème « DADVSI : " résistons à la résistance " » :

A la suite du vote par le parlement (et en attendant la saisine du Conseil constitutionnel et des décrets d'application) nous pouvons nous interroger sur les possibilités offertes au peuple de résister aux menaces graves sur nos droits et libertés fondamentales posées par certaines dispositions du projet de loi relatif au droit d'auteur et droits voisins dans la société de l?information (DADVSI).

Comment mettre en pratique le principe de la résistance à l'oppression ?

A ce sujet, citons Eben Moglen (juriste pro bono de la FSF) :

« Je l’ai déjà dit auparavant mais la meilleure métaphore s’est présentée le jour où Michael Faraday a découvert le premier ce qui arrivait quand on enroule un rouleau de câble autour d’un aimant et qu’on fait tourner l’aimant. Du courant circule dans un tel câble, mais nous ne nous demandons pas quelle est la motivation des électrons à quitter leur position initiale. Nous affirmons que le courant résulte d’une propriété émergente du système, que nous appelons l’induction. La question que nous nous posons est : « quelle est la résistance du câble ? ». Alors, la métaphore de Moglen, corollaire à la loi de Faraday, dit que si vous enroulez l’Internet autour de chaque personne de la planète, et que vous faites tourner la planète, le logiciel parcourt le réseau. C’est une propriété émergente des esprits humains connectés. Ils créent des choses pour le plaisir de l’autre, et pour surmonter la sensation désagréable d’être trop seul. La seule question à poser est : quelle est la résistance du réseau ? La métaphore de Moglen, corollaire à la loi de Ohm, dit que la résistance du réseau est directement proportionnelle à la force du champ du système de la « propriété intellectuelle ». Alors la réponse correcte à l’écononain est : résistez à la résistance. »

Enfin, la table ronde politique jeudi 6 juillet 2006, de 16h00 à 18h30, intitulée « Quel environnement juridique pour les logiciels libres ? » :

Brevets logiciels et protection légale des "Mesures Techniques de Protection" sont deux exemples récents de textes juridiques pouvant constituer un frein majeur au développement technique mais surtout économique des logiciels libres, à l'heure où ceux-ci prennent une place de plus en plus importante dans le paysage informatique mondial. Les débats parlementaires relatifs à ces textes ont fait apparaître des enjeux considérables qui dépassent largement la question des logiciels libres, même si ceux-ci y jouent un rôle majeur : distorsion de concurrence, contrôle à distance des flux numériques, respect de la vie privée, indépendance informationnelle, pérennité culturelle.

Avec :

- Michel Rocard (PS),

- Martine Billard (Verts),

- Richard Cazenave (UMP),

- Christophe Espern (EUCD.INFO),

- François Pellegrini (ABUL)