Depuis l'apparition de la vente sous licence OEM des logiciels tous les constructeurs en profitent pour conditionner l'achat du matériel à la vente de logiciels. Le Code de la consommation interdit pourtant explicitement de lier la vente de biens (le matériel) et de prestations de services (les licences des logiciels). Ce qu'on appelle la « vente liée » ou que l'on devrait appeler la « vente forcée ».

Aujourd'hui lorsqu'on achète un ordinateur on nous force à acheter des logiciels que l'on ne souhaite pourtant pas utiliser. Ceci oriente le marché, limite la liberté de choix du consommateur et restreint le développement des alternatives (que ce soit du logiciel libre ou du logiciel propriétaire).

J'ai publié en 2004 dans Libération une tribune sur le sujet intitulée « La Commission européenne fait les gros yeux à Microsoft et entérine son monopole ».

Pour la liberté de choix du consommateur il est important de signer la pétition « Non aux racketiciels, ces logiciels qu'on nous oblige à acheter ».