A partir d'un rapport de Patrick Viveret (« Reconsidérer la richesse ») la compagnie la Tribouille a conçu « Les Contes de la Richesse », trois pièces de théatre basées sur trois idées fortes du rapport.

La première création, datée de janvier 2006, s'intitule « Le paradoxe de l'Erika ». La seconde, datée d'octobre 2007, s'intitule « Le radeau de la monnaie ».

J'ai donc assisté au premier spectacle, « Le paradoxe de l'Erika ». Les trois personnages nous plongent au coeur du système économique, de ses métriques, de son vocabulaire et bien sûr de ses paradoxes. Ainsi, par exemple, nos instruments de mesure comptabilisent positivement des destructions (comme celle de la marée noire de l'Erika, les accidents de la route...) qui sont finalement favorables à la croissance du PIB ( Produit Intérieur Brut).

Le spectacle questionne le sens des mots, les notions et valeurs qui portent notre monde pour remettre en cause notre représentation actuelle de la richesse qui aggrave les problèmes actuels au lieu de les résoudre.

Un beau spectacle, des acteurs sympas.

Pour les prochaines dates c'est ici.