Sur le site de Rebellyon on trouve l'annonce de l'opération ainsi que le tract qui explique les raisons de cette occupation et «dissolution» de la CNIL par des militants des libertés individuelles.

Le tract de quatre pages revient sur l'histoire de la CNIL, ses renoncements successifs et la complaisance de certains commissaires de la CNIL à l'égard « des diktats du marché et des gouvernements ».

Rappelons qu'il y a quelques jours la CNIL autorisait la SACEM à collecter les adresses IP.

Cette occupation a clairement le mérite de poser la question de l'utilité et des moyens de la CNIL pour protéger les libertés publiques et individuelles.