Évidemment Google s'était déclaré opposé à cet amendement, par la voix d'Oliver Esper (responsable des relations institutionnelles de Google France) :

"Ce serait aller loin que de demander aux moteurs de recherche de surréférencer certains sites labellisés, cela constituerait une forme de censure", prévient-il. De manière plus pragmatique, Google estime qu'une "telle intervention humaine serait incompatible avec la taille de la Toile qui augmente de façon exponentielle"

"Nous espérons que le rapporteur penchera plutôt pour la création d'un portail référençant certaines offres", conclut Olivier Esper.

Cet amendement est du grand n'importe quoi, on lira avec intérêt les deux articles suivants : Loi antipiratage : vers le filtrage des moteurs de recherche et L'Hadopi veut surréférencer l'offre légale dans les moteurs.

Les débats sur HADOPI continuent et se termineront par une commission mixte paritaire dont l'UMP a verrouillé la composition.