L'émission est en écoute pendant quelques jours au format MP3 : (Ré)écoutez l'émission (durée : 1 heure).

Cette émission était animée par Michel Alberganti et les invités étaient

  • Michel Cosnard. Président-Directeur-Général de l'INRIA
  • Roberto Di Cosmo. Membre du Laboratoire PPS, Le Laboratoire Preuves, Programmes et Systèmes, unité mixte de recherche (UMR 7126) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l'Université Paris Diderot - Paris 7
  • Benoît Sibaud. Président de l'April

Microsoft a été invité mais n'a pas voulu participer. Ce qui est une spécialité chez eux, déjà en 2003 j'avais participé avec Roberto Di Cosmo à l'émission « Science Friction » du même Michel Alberganti et de Stéphane Foucart et Microsoft n'avait pas voulu venir débattre alors que le thème était «Face aux virus, faut-il se passer de Windows ?».

Radio France met assez régulièrement en lumière le logiciel libre, se souvenir notamment des deux émissions «Service Public» (France Inter, Isabelle Giordano) en 2008 et 2009. L'April avait participé à ces deux émissions (ma collègue Alix Cazenave pour la première et moi-même pour la seconde).

Voici mes quelques gazouillis diffusés via Identi.ca et Twitter :

Emission «Science Publique» (France Culture) sur le logiciel libre, Michel Alberganti indique que Microsoft, invité, n'a pas voulu venir

Emission «Science Publique» (France Culture) sur le logiciel libre : Benoît Sibaud évoque le problème de la vente liée #racketiciel

@bsibaud : le logiciel libre est présent dans tous les domaines mais il faut tout de même assurer la défense du logiciel libre (DRM...)

Michel Cosnard (Inria) : les 2/3 de nos logiciels sont des logiciels libres (émission «Science Publique» sur le logiciel libre)

Michel Cosnard (Inria) : le modèle propriétaire a encore de beaux jours devant lui (émission «Science Publique» sur le logiciel libre)

Roberto Di Cosmo explique les principes de l'économie de la rareté et du fait que le logiciel propriété crée de la rareté artificielle

Roberto Di Cosmo : la vraie rareté c'est le travail de l'être humain : personnes qui écrivent le logiciel, adaptent, industrialisent...

Benoît Sibaud : je ne connais pas de logiciel propriétaire qui me donne l'impression de confiance, c'est une boite noire

@bsibaud parle de l'importance du contrôle qu'on a sur ses données numériques (photos, vidéos...), formats ouverts, pas de DRM...

Roberto Di Cosmo : les brevets logiciels sont l'un des plus grands dangers pour le logiciel libre mais aussi pour le logiciel propriétaire

@bsibaud : les promoteurs des brevets logiciels essayent de passer par des portes dérobées pour tenter de les imposer

R. Di Cosmo : il y a la question du grand public qui doit pouvoir acheter en magasin des ordinateurs avec les logiciels de leur choix

@bsibaud : le logiciel libre est partout mais il reste quatre dangers : drm, brevets logiciels, informatique déloyale, vente liée