performance-anxiety.jpg Qui n'a jamais fait l'expérience de la boule au ventre, du coeur qui s'emballe, de la voix qui s'éraille, de la peur... avant un examen, un entretien d'embauche, une conférence, ou encore un premier rendez-vous amoureux.

Le trac est un bon signe

Avoir le trac est normal, c'est même très sain :

  • c'est un signe de volonté de bien faire
  • c'est la prise de conscience d'autrui
  • c'est le sentiment de faire quelque chose d'impliquant pour nous sous le regard de l'autre

La peur de parler en public est beaucoup plus répandue qu'on le croit, la grande majorité des gens ont eu peur ou ont peur de parler en public.

Le trac n'a jamais quitté le grand Jacques Brel, et on connait la réplique de Sarah Bernard à une jeune comédienne qui lui disait n'avoir jamais le trac : «Rassurez-vous, cela viendra avec le talent».

Gérer son trac

Un trac non géré peut être bloquant et faire perdre tous ses moyens au moment où on en a le plus besoin.

Un trac bien géré est un «stress positif» permettant de libérer et mobiliser son énergie.

La peur de parler en public

La peur de parler en public (lors de conférence ou même en réunion) vient principalement d'un manque de confiance et d'un manque d'habitude. Les premières prises de paroles peuvent être un supplice mais pour surmonter ça il n'y a qu'une solution : pratiquer, pratiquer encore.

Encore faut-il se lancer. Pour les premières prises de parole il vaut mieux traiter un sujet que l'on maitrise, qui nous tient à coeur et il faut avoir le réel désir de communiquer. Ainsi vous ne serez pas en terre inconnue lors de vos premières prises de parole. Tout le monde a une passion que l'on a envie de partager avec les autres.

Entrainez-vous au départ avec un public plutôt bienveillant (famille ou amis par exemple), ne pas se lancer immédiatement dans une conférence devant 100 personnes.

Quelques trucs

Vous trouvez ci-dessous quelques trucs pour apprivoiser son trac et en faire un atout. Je n'aborde pas l'aspect du contenu de la présentation (partie qui fera peut-être l'objet de futurs billets) :

  • préparez le mieux possible votre intervention. Plus vous serez prêts, plus vous serez serein et moins sensible au trac.
  • maitrisez votre intervention, répétez-la à haute voix, connaissez-là par coeur, comme les acteurs, faites des répétitions en petit comité. Connaître sa présentation par coeur ne veut pas dire que vous allez la réciter telle quelle, il faut bien sûr laisser libre cours à l'improvisation.
  • lors de la préparation positivez, combattez les pensées négatives, visualisez-vous en situation en mettant le maximum de détails possible. Nous passons notre temps à nous projeter dans l'échec («visualisation négative») et généralement ce que l'on craignait se produit. La visualisation est un mécanisme très puissant, donc autant l'utiliser à notre projet par la «visualisation positive».
  • arrivez en avance pour prendre possession des lieux, de l'espace, pour prendre contact avec l'auditoire (cherchez le regard des autres) qui sera beaucoup moins effrayant ensuite. Peut-être verrez-vous des personnes que vous connaissez, cela vous rassurera. Arriver en avance est aussi un signe de respect et de politesse envers les organisateurs et l'auditoire.
  • arrivez en avance pour voir les conférences précédentes, s'imprégner de l'ambiance, des questions du public (permettant de mieux connaitre l'auditoire).
  • arrivez le plus tôt possible pour installer le matériel dont vous aurez besoin, pour tester le vidéo-projecteur, les micros par exemple, pour éliminer au maximum les inconnues et les sources de problèmes techniques.
  • si vous avez un support de présentation, envoyez le à l'avance à l'organisateur pour qu'il soit installé sur un ordinateur, ou mettez-le sur clé USB et soyez prêt le cas échéant à faire votre conférence sans votre support (ayez une version imprimée par exemple).
  • souvenez-vous de vos précédentes interventions qui se sont bien passées, prenez confiance.
  • isolez-vous quelques instants avant votre intervention.
  • donnez-vous le droit à l'erreur, au bafouillage, acceptez que vous ne pouvez pas répondre à toutes les questions.
  • concentrez-vous sur le présent et l'action en cours, ne vous projetez pas dans le futur surtout en situation d'échec.
  • rappelez-vous qu'il s'agit avant tout de transmettre un message, des idées à d'autres, ce sont eux qui sont importants, pas vous.
  • mettez en place un rituel qui peut servir de porte-bonheur : ça peut être un cri dans un endroit isolé, chanter une chanson...
  • l'émotion assèche la bouche, prévoyez un verre d'eau pour vous désaltérez régulièrement.
  • n'ayez pas le visage fermé, notez les tensions et relachez-les, souriez lorsque vous parlez.
  • détendez-vous, apprenez et pratiquez quelques mouvements de relaxation.
  • pratiquez la respiration abdominale.
  • ayez le buste droit, faites portez votre voix.
  • n'hésitez pas à dire au public que c'est votre première ou l'une de vos premières interventions, soyez honnête et le public sera plus compréhensif.
  • bougez sur l'estrade si c'est possible, cela vous détendra et rendra la présentation plus active.
  • n'oubliez pas de respirer.

Même les timides peuvent faire des conférences devant des dizaines voir des centaines de personnes, et je parle d'expérience.

Et vous quelles sont vos astuces ?

Crédit photo : http://www.flickr.com/photos/22148389@N00/451026087 licence CC-BY