internet_liberte_bleu.pngCette journée est destinée à mobiliser chacun d’entre nous en soutien à un seul Internet, libre et accessible à tous. Et de rappeler qu’en créant de nouveaux espaces d’échanges d’idées et d’informations, le Net est aussi un vecteur de libertés. Cependant, de plus en plus de gouvernements l’ont compris et réagissent en tentant de contrôler la Toile.

RSF publie son rapport sur les ennemis d'Internet qui liste des pays qui tentent de resteindre la liberté d'expression et d'information sur Internet. Le rapport liste aussi des "sous surveillance", dont l’attitude vis-à-vis d'Internet est inquiétante. Une soixantaine de pays ont été concernés en 2009. Ces pays ne sont pas tous des dictatures mais il y a également des démocraties comme par exemple l'Australie car "le gouvernement souhaite mettre en place un filtrage d’une ampleur sans précédent pour une démocratie, sous couvert de lutter contre la pédopornographie". La France ne fait pas pour le moment parti de cette liste, mais le président et gouvernement y travaillent activement.

Voir la dépêche de l'AFP "La liste des ennemis d'Internet s'allonge".

Les citoyens sont inventifs pour contourner les restrictions mises en place, on notera par exemple les clés USB utilisées comme samizdat du Web à Cuba.

Jeudi soir RSF a décerné, avec le soutien de Google, son premier "Prix du Net-citoyen". Il a été remis à des cyberféministes iraniennes créatrices du site http://www.we-change.org, Parvin Ardala une des fondatrices du site était présente à Paris pour recevoir le prix.

Je n'ai vu le rapport en ligne sur le site de RSF, il devrait être disponible dans la journée je pense.