Fin juin 2010 le président de la République avait annoncé que le nombre des collaborateurs dans les cabinets ministériels devaient diminuer (pas plus de 20 pour collaborateurs pour les ministres et 4 pour les secrétaires d'État). Je suis d'accord qu'il y avait sans doute bien trop de collaborateurs dans certains ministères, sans parler de la qualité des collaborateurs. Mais on ne peut être qu'inquiet de l'impact de cette consigne sur la qualité du travail ministériel.

Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d'État chargée de la Prospective et du Développement de l'économie numérique, auprès du Premier ministre, a cependant appliqué la consigne et son cabinet est composé désormais de 4 personnes, alors même qu'elle ne dispose pas d'une administration dédiée. NKM est une des 3 secrétaires d'État sur 17 a avoir suivi l'injonction du président et du Premier ministre.

Le journal officiel du 5 novembre annonce ainsi qu'il a été mis fin au 31 octobre aux fonctions de Pierre Bonis et de Fabrice Mattatia. D'autres conseillers avaient déjà quitté le cabinet de NKM comme Jean-François Pradeau, Frédéric Morlot, Rémi Stéfanini, Anne-Sophie Bordry, Julien Winock.

J'ai eu l'occasion de rencontrer (voir d'apprécier) plusieurs d'entre eux. J'aimerais bien savoir où ils ont pu se recaser.

Nathalie Kosciusko-Morizet avait déclaré en 2009 qu'elle «se concevait en ministre de la société numérique plutôt que de l'économie numérique». On va dire que c'est mal barré. Et que concernant les dossiers liés au numérique quelques rares contre-pouvoirs au ministère de la Culture ont été virés. Avant la disparation du secrétariat d'État au numérique à l'occasion du prochain remaniement ?

Qu'en est-il des autres membres du gouvernement. Jetons un coup d'oeil sur le site http://www.gouvernement.fr et (sauf si le site n'est pas à jour) les secrétaires d'État ci-dessous n'ont pas, pour le moment, respecté la consigne :

Même chose pour les ministres ci-dessous :

Et le Premier ministre et le Président de la République ? François Fillon a 51 collaborateurs et Nicolas Sarkozy en compte 48.