Le principe de l'«Inbox Zero» est simple (enfin, dans la théorie) : ne laisser aucun courriel non lu et non traité dans sa boite de réception de courriels. C'est une solution au problème des courriels qui s'entassent dans sa boite de réception. Voir mon précédent billet à ce sujet.

J'arrivais à appliquer ce principe avec mes courriels personnels (c'est à dire les courriels qui m'étaient adressé directement) mais je ne le faisais pas avec les courriels reçus via des listes de discussion. Je me disais que ces courriels ne nécessitaient pas forcément un traitement immédiat, que la plupart ne me concernait pas forcément directement, que je pourrais lire certains fils de discussion plus tard...

Mais en fait, dans la pratique, pour certaines listes de discussions il y avait de plus en plus de courriels en attente. Certains contenant sans doute des informations intéressantes mais datant de plusieurs mois. Quand trouverais-je le temps de traiter tout ça. Et ça devenait un peu accablant de voir Gnus (mon outil de traitement de courriels) m'indiquer 2 ou 3 000 courriels en attente.

Il faut dire aussi que dans la semaine j'étais à une réunion à côté d'une personne qui avait plus de 12 000 courriels non lus dans sa boite personnel. Je me suis dit, ça ne doit pas servir à grand chose que je lui envoie un mail un jour :)

Vendredi, j'ai donc décidé de commencer à traiter toutes les boites avec comme objectif un «Inbox Zero» global, courriels personnels et listes de discussions. J'avais vendredi plus de 2200 courriels et j'ai atteint samedi 0 courriel en attente :

Gnus -- 0

C'est un vrai bonheur d'être arrivé à un «Inbox Zero».

J'y ai passé du temps. Bien sûr je n'ai pas lu, traité tous les courriels en attente. Pour certains listes j'ai lu attentivement les messages. Pour d'autres j'ai fait un parcours rapide des sujets pour lire que ceux qui me paraissaient intéressants. Et pour deux, trois listes bien dodues en courriels j'ai appliqué la méthode : j'ouvre la boite de réception en limitant aux courriels des deux dernières semaines; je les lis et les traite; ensuite je supprime tous les autres messages sans remords.

Maintenant, la difficulté va être de se tenir à ce «Inbox Zero».